Les 6 parasites de chats les plus courants : faisons le point

Quiconque a un chat sait que les amis à quatre pattes errants accueillent souvent des sous-locataires : les parasites du chat s’installent dans la fourrure ou dans les organes des animaux et sont en partie transférables à l’homme. Ce que vous devez savoir sur les tiques, les puces, les acariens et autres, vous le découvrirez dans l’aperçu suivant.

Les parasites des chats ne sont pas seulement une nuisance pour l’animal et son propriétaire. Ils peuvent aussi endommager de façon permanente les amis à quatre pattes et transmettre des maladies. Afin d’éviter des problèmes de santé pour le chat, il est donc important de connaître les dangers en cas d’infestation et de réagir rapidement.

Certains parasites peuvent être détectés à l’œil nu, tandis que d’autres sont plus susceptibles d’être observés dans le comportement du chat domestique ou par le biais de symptômes physiques. L’épuisement constant, le refus de manger, la diarrhée et l’irritation de la peau peuvent tous être des signes d’infestation parasitaire. Les anomalies qui se produisent dépendent du type de parasite.

Les tiques : la menace numéro 1 !

Au début, il convient de corriger une idée fausse très répandue. Celui qui pense que le chat domestique en liberté dans la ville n’a pas besoin de protection contre les tiques se trompe. Les petites arachnides peuvent également se tapir dans les espaces verts et dans le jardin de la maison de début avril à fin octobre. En outre, ils ne font que quelques millimètres au début et sont donc faciles à ignorer. C’est pourquoi le contrôle des manteaux à l’œil nu n’est pas suffisant.

Les tiques présentent un double danger : elles piquent à la fois les chats et les humains et se sucent progressivement le sang. Ce faisant, ils peuvent transmettre la maladie de Lyme et d’autres agents pathogènes. Heureusement, il n’est pas trop difficile de prévenir l’infestation de tiques ou d’enlever les suceurs de sang si nécessaire.

Les puces : ces autres bestioles qui embêtent votre chat

Les chats qui ont beaucoup de liberté ont tendance à ramener des puces à la maison. Les petits suceurs de sang nichent dans la fourrure des amis à quatre pattes et provoquent des démangeaisons constantes avec leurs morsures. Ils peuvent également transmettre des ténias.

En cas d’infestation de puces, il est important non seulement de traiter l’animal lui-même, mais aussi de nettoyer à fond tout l’espace de vie. La raison : les puces se multiplient très rapidement et peuvent se propager plus tard aux humains. Les couvertures, les tapis et les meubles qui ont été en contact avec le chat infesté doivent être aspirés ou lavés.

Petits mais nuisibles : les acariens

Outre les tiques et les puces, les acariens sont les parasites les plus courants des chats. Ils ne sont pas visibles à l’œil nu. Les minuscules animaux sont généralement “recueillis” par leurs hôtes dans les hautes herbes et provoquent des démangeaisons, une peau douloureuse et la perte de cheveux.

Les mites d’oreille, en revanche, infestent le canal auditif des chats. Si votre animal souffre de tels parasites, il secoue souvent la tête, se bat avec des problèmes d’équilibre et se gratte constamment les oreilles. Si une telle infestation n’est pas traitée par un vétérinaire dans les plus brefs délais, le chat affecté peut, dans le pire des cas, devenir sourd.

Les parasites persistants des chats : les vers

La nécessité de vermifuger régulièrement les chats fait souvent l’objet de vives discussions parmi les propriétaires d’animaux de compagnie. Néanmoins, il est clair que les chats, surtout ceux qui courent en liberté, sont souvent infectés par des vers plusieurs fois par an. Une telle infestation est généralement inoffensive, mais peut aussi – selon le type de ver – provoquer de graves maladies et des lésions organiques. C’est pourquoi un déparasitage régulier est judicieux, car il empêche les parasites de se multiplier excessivement.

Les poux : un combat permanent !

Les poux de chat, également appelés poux des cheveux, ne se nourrissent pas de sang, mais uniquement de squames de la peau et de sécrétions des plaies, mais provoquent néanmoins de fortes démangeaisons. Les parasites peuvent également transmettre des maladies et des ténias.

Grâce à des préparatifs spéciaux, les invités indésirables peuvent être rapidement combattus. Loin de leur hôte, les parasites des chats meurent rapidement tout au long de l’année, c’est pourquoi il est peu probable qu’ils se propagent par l’intermédiaire des peignes et autres objets similaires. Vous devez quand même nettoyer la zone de couchage de votre chat.

Les giardia qui infestent l’intestin

La Giardia, comme certains types de vers, infeste l’intestin grêle des chats. Ces parasites sont particulièrement contagieux lorsqu’un chat domestique renifle les excréments d’un chat infecté. Si une infestation est détectée, il y a une obligation inconditionnelle de la signaler, car les parasites tenaces peuvent également infecter l’homme. Le fait qu’un animal ait été infecté ne peut toutefois être déterminé que si les habitants des intestins se sont déjà considérablement multipliés.

Les symptômes classiques sont la diarrhée, la perte de poids, les vomissements et la fièvre. La giardiose ne peut être diagnostiquée de manière fiable par le vétérinaire qu’au moyen d’un échantillon de selles ou d’une prise de sang. Plus tôt une infestation est détectée, mieux elle peut être traitée avec des comprimés ou des pâtes.

Au cours du traitement, les bols ainsi que le lieu de couchage de l’animal atteint doivent également être soigneusement nettoyés. En outre, le bac à litière doit être désinfecté et la litière changée quotidiennement, car Giardia peut vivre loin du chat jusqu’à trois mois.

Chien en promenade d’automne : rester à l’écart des châtaignes
L’importance de la socialisation des chiots avec les humains et les animaux